Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Giorgia Meloni, je ne crois pas que ce soit l’extrême droite

Giorgia Meloni n’est pas d’extrême droite – elle dit juste ce que nous pensons tous

Quand j’écoute le discours du nouveau Premier ministre italien, j’entends les valeurs conservatrices dominantes que des millions de personnes partagent

Il n’y a rien de nostalgique dans l’espace politique d’extrême droite que le nouveau dirigeant du pays tente de se tailler en Europe

L’Italie, écrivait le philosophe situationniste Guy Debord en 1968, « résume les contradictions sociales du monde entier ». En tant que tel, c’était un « laboratoire pour la contre-révolution internationale ».

Les analystes politiques du monde entier sont maintenant occupés à analyser les déclarations de Giorgia Meloni pour déterminer si elle est fasciste, néofasciste ou post-fasciste. Pourquoi, demandent-ils, les Italiens semblent-ils disposés à envisager un retour à la politique de l’heure la plus sombre de leur pays ?

Mais l’Italie est-elle vraiment confrontée à la résurrection de son passé fasciste ? Et, plus important encore, l’Italie est-elle un laboratoire dont le reste du monde pourrait éventuellement suivre l’expérience ? Les réponses sont respectivement : non et (donc) oui.

L’Italienne Giorgia Meloni n’est pas Mussolini – mais elle est peut-être un Trump

Ceux qui qualifient les Frères d’Italie de fascistes passent à côté de l’essentiel. Le parti de Meloni n’est pas tant l’héritier du mouvement fasciste de Benito Mussolini que le premier imitateur européen du parti républicain américain.

Meloni est un leader politique astucieux et capable de jouer sur le long terme. En 2012, elle quitte la relative sécurité du giron de Silvio Berlusconi pour monter son propre petit parti des Frères d’Italie. Elle a attendu son heure et a minutieusement construit sa suite au fil des ans. En 2021, elle a refusé une voie rapide vers le pouvoir et a refusé de rejoindre le gouvernement d’union nationale de Mario Draghi.

Elle a maintenant gagné ce pouvoir, la première femme à le faire dans une société douloureusement patriarcale. Il est peu probable qu’elle ait le moindre désir de gaspiller une telle réussite dans un remake trash de la corruption fasciste cent ans trop tard. Son objectif est de faire grandir le noyau d’une nouvelle politique italienne et européenne.

Qui a dit l’extrême droite, Les partis de gauche et certains médias ?

matteo salvini,silvio berlusconi ,giorgia meloni

La presse de gauche qualifie ceux dont ils s’opposent aux politiques de « droite ’ « d’extrémistes » et, dans le cas de Mme Meloni, d’une femme aux associations « fascistes » et aux racines politiques. Un éditorial du Washington Post la qualifie d' »ethno-nationaliste incendiaire » dont le parti « est né des cendres du fascisme italien de l’après-Seconde Guerre mondiale ». L’ayant déjà sali, le Post se contredit alors en écrivant : « En fait, ce serait exagéré de considérer Mme Meloni… comme une fasciste ».

Conservatrice et surtout une vraie chrétienne

Les positions politiques de Mme Meloni sont opposées à l’agenda progressiste laïc. Elle est passionnément pro-vie, s’oppose à l’agenda politique LGBTQ et veut restreindre l’immigration. Market Realist News déclare : « Tout comme de nombreux politiciens d’extrême droite aux États-Unis, Meloni a utilisé ses opinions chrétiennes pour servir de colonne vertébrale à sa politique. » Et les progressistes laïcs ne font pas la même chose ?

Il est toujours préférable d’entendre quelqu’un parler pour lui-même sans être filtré par un média hostile.

Il y a trois ans, Mme Meloni a pris la parole devant le Congrès mondial des familles à Vérone. Elle a commencé avec un humour d’autodérision : « Je viens d’arriver. … Je faisais le repassage. Ensuite, j’ai trouvé 10 minutes pour venir parler politique avec vous.

Mme Meloni a dit des stéréotypes associés à l’organisation familiale : « Ils ont dit toutes sortes de choses sur ce congrès. Ils ont dit que nous voulions retourner dans le passé. Que nous sommes perdants. Que nous sommes embarrassés. Que nous ne sommes pas éclairés. Ils ont dit qu’il est scandaleux pour les gens de défendre la famille naturelle fondée sur le mariage, de vouloir augmenter le taux de natalité, de vouloir donner une juste valeur à la vie humaine, de soutenir la liberté dans l’éducation et de dire non à l’idéologie du genre.

L’intérêt national de l’Italie réside dans une UE forte, capable de défendre ses citoyens en période de crise géopolitique et économique. Si Meloni voulait vraiment entrer dans l’histoire, elle devrait devenir la première dirigeante d’extrême droite pro-européenne, accompagnant l’italien du nationalisme européen. « Une Europe qui protège », pourrait-elle dire – une Europe puissante qui arrête de perdre son temps sur les droits et les valeurs, et se concentre plutôt sur la puissance dure qui échappe aux États-nations européens : les armes, l’énergie et la politique étrangère. Un mélange de Marine Le Pen chez nous et d’Emmanuel Macron à l’étranger. Il est peu probable que cela se produise.

Sur l’immigration, rien de nouveau

LIBYE – MIGRANTS

Il est toujours possible que Meloni conserve l’ancien scénario extrêmement populiste dans d’autres domaines, plongeant le pays dans des débats sans fin sur la migration, ostracisant d’autres capitales européennes et causant des ravages financiers avec une politique économique imprudente. Si elle le fait, la sienne ne sera qu’un autre point sur la carte de la politique italienne moderne, qui se caractérise par un cycle sans fine d’alternance entre extrémisme et technocratie. Si elle s’en tient plutôt à ses aspirations à long terme, elle pourrait peut-être entraîner le courant dominant de droite européen dans sa perturbation trumpienne.

Debord considérait les conséquences internationales de l’Italie comme un laboratoire politique. D’autres gouvernements, a-t-il dit, « regardent avec admiration l’État italien pour la dignité tranquille avec laquelle il se vautre dans la boue ». Il était peut-être trop optimiste. Ce n’est pas de la boue mais des sables mouvants. Et il entraîne tous ceux qui l’admirent depuis trop longtemps.

Une copie de TRUMP à l’italienne

La même chose a été dite par les critiques des conservateurs et de leurs organisations aux États-Unis, mais sa plate-forme est en phase avec de nombreux Américains.

Comme Donald Trump et le gouverneur de Floride Ron DeSantis, elle n’hésite pas à riposter contre ses détracteurs, dont certains manifestaient devant la salle : « Je dis que les perdants sont ceux qui n’ont rien de mieux à faire que de venir ici et de nous insulter. ”

Elle a proposé des écoles maternelles gratuites pour les mères qui travaillent à l’extérieur du foyer. Elle décrit le faible taux de natalité en Europe (en grande partie grâce aux politiques libérales en matière d’avortement) comme « le plus gros problème auquel l’Europe est confrontée ». Pas d’énergie ? Pas la guerre de la Russie contre l’Ukraine ? Non. « Si nous ne réglons pas cela », dit-elle, « tout le reste est inutile. »

Mme Meloni a également une réponse cinglante aux critiques qui prétendent vouloir ramener l’Italie au Moyen Âge : « Le Moyen Âge, c’est aussi le temps des cathédrales et des abbayes, la fondation des comuni (petites unités administratives italiennes), là les universités, le parlement, l’époque de Dante, Pétrarque, Boccace, saint François, saint Benoît. Les gens qui ne savent pas où se trouve Matera, n’attendons pas d’eux qu’ils lisent des livres d’histoire.

Que diriez-vous de ce zinger : « Je crois en une société où chaque choix a des conséquences et vous en acceptez la responsabilité. Je refuse une société où chaque désir devient un droit. Cela était autrefois considéré comme normal et admirable en Amérique et en Europe.

Une Politique étrangère Pro européenne mais plus à la manière américaine

TRUMP,MELONI

Vous pouvez comprendre pourquoi les progressistes laïcs la détestent et craignent son message. Peut-être visitera-t-elle bientôt les États-Unis et donnera-t-elle une épine dorsale au Parti républicain.

Contrairement aux deux autres partis de la coalition de droite, Frères d’Italie cherche depuis longtemps à se rapprocher de Taipei. Frères d’Italie, le sénateur Lucio Malan est l’un des deux coprésidents italiens de l’Alliance interparlementaire sur la Chine, formée pour coordonner la façon dont les pays démocratiques abordent l’affirmation croissante de Pékin. En tant que chef du groupe d’amitié interparlementaire Italie-Taïwan depuis 2013, Malan a également été parmi les critiques les plus virulents de la politique étrangère agressive de la Chine en Italie.

Au début de la campagne électorale de 2022, Meloni a rencontré la représentante taïwanaise en Italie, Andrea Sing-Ying Lee, tweetant qu’elle « sera toujours aux côtés de ceux qui croient aux valeurs de liberté et de démocratie ». Un signal encore plus fort d’une posture atlantiste plus robuste qui recherche la coopération avec des partenaires partageant les mêmes idées est arrivé peu de temps avant les élections de dimanche.

Dans une rare interview accordée à l’agence de presse nationale de Taipei CNA, Meloni a déclaré que, s’il était élu, « Taiwan sera sans aucun doute une préoccupation fondamentale pour l’Italie ». Le dirigeant d’extrême droite a « suivi de près avec inquiétude » l’escalade rapide dans le détroit de Taiwan et a déclaré que l’UE devait « déployer toutes les armes politiques et diplomatiques à sa disposition » pour empêcher un conflit militaire, rapportent les médias taïwanais. Ces déclarations ont suscité une réaction chinoise, affirmant que Meloni devrait s’abstenir d’envoyer « des signaux trompeurs aux forces séparatistes de ‘l’indépendance de Taiwan' ». Dans les affaires intérieures d’un autre pays ».

Lorsque la Chine est entrée pour la première fois dans le débat public italien avec le mémorandum de la BRI en 2019, le point de vue de Rome sur Pékin était naïf et myope. En un peu plus de trois ans, l’Italie s’est lentement mais sûrement éloignée de ses positions favorables à la Chine pour adopter une approche plus systématique, quoique sans doute encore inégale, qui cherche à contenir le virage agressif de Pékin. Avec le nouveau gouvernement de droite en place, Rome est sur le point de faire pression pour une coopération accrue avec des partenaires partageant les mêmes idées, tels que Taïwan, et d’adopter des positions plus dures à l’égard de la Chine, du moins en paroles.

Publié le 29/09/2022

Erreur d'image

contact

Loading