Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Le Maroc et la Tunisie, le Sahara qui fait mal

Dangereuse tension au Maghreb

Alors que certains gestes laissaient présager une baisse des tensions en Afrique du Nord, il s’avère qu’il n’y a pas de trêve et qu’un pays comme la Tunisie, neutre par calcul dans le conflit du Sahara entre le Maroc et l’Algérie, a commis une grave erreur en s’opposant à Rabat. Au-delà du fait que le Sahara est un enjeu sacré pour les Marocains, l’erreur du président tunisien Kais Saied consiste à inviter et recevoir personnellement à l’aéroport Brahim Ghali, chef du Front Polisario qui, depuis novembre 2020, est devenu un groupe armé agresseur contre le Maroc après avoir rompu la trêve de 1991. Il n’est pas seulement le chef d’une organisation séparatiste, il est responsable des attaques armées du Maroc au Sahara, même sporadiques, mais il y a un risque sérieux qu’il soit dans l’intérêt de quelqu’un d’augmenter sa capacité.

Des analystes politiques tunisiens et des représentants de divers partis politiques ont déclaré que la décision de recevoir Ghali était due aux pressions algériennes qui ont fait chanter le président Saïed sur le flux de gaz et d’électricité, et ont appelé à un retour à une politique de neutralité sur le Sahara et à une retour aux bonnes relations traditionnelles entre la Tunisie et le Maroc. Le propre ministre japonais des Affaires étrangères, promoteur du symposium TICAD avec les pays africains, a assuré que « la présence de toute entité suspecte dans cette salle avec nous, que le Japon ne reconnaît pas comme un pays, ne change pas la position du Japon sur cette entité ».

L’Algérie fait monter dangereusement la tension au Maghreb au moment où l’apparente réconciliation avec la France suite à la visite du président Macron représente une belle opportunité pour se rapprocher de l’Europe, dont elle dépend économiquement et commercialement, et s’éloigner d’un allié toxique comme la Russie de Poutine. Macron a évité le piège du président algérien sur le Sahara et a affirmé qu’officiellement la question n’avait pas été évoquée. Cela est confirmé dans la déclaration d’Alger, qui représente un partenariat renouvelé entre les deux pays. Sans aucun doute, le plus pertinent est ce que nous ne savons pas et qui, en toutes matières, sera connu avec le temps. Macron, tout comme la ministre allemande des affaires étrangères, la verte Annalena Baerbock, l’a fait presque en même temps à Rabat, a exprimé sa profonde inquiétude face à l’activité russe au Sahel. Baerbock a dit la même chose que les gouvernements espagnol, portugais, néerlandais et autres européens, américains, africains et arabes ont dit à propos de la bonne option du plan d’autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine présenté par Rabat en 2007, qui ces derniers mois a attiré beaucoup de soutien international important.

Le gouvernement politico-militaire algérien essaie seulement de punir l’Espagne et maintenant il a la Tunisie sur le dos.

kais saied Président de la République tunisienne ,Ramtane Lamamra Ministre des Affaires étrangères algérienne et de la Communauté nationale à l’étrangers

Le Maroc a décidé de ne pas participer au huitième sommet du Forum de coopération Japon-Afrique (TICAD), qui se tiendra en Tunisie les 27 et 28 août, et de convoquer immédiatement l’Ambassadeur de Sa Majesté en Tunisie pour consultations, suite à la position de ce pays dans le cadre de la série TICAD, qui est venue confirmer de manière flagrante cette tendance hostile.

Après que la Tunisie ait récemment redoublé ses attitudes et comportements négatifs envers le Royaume du Maroc et ses intérêts supérieurs, sa position dans le cadre du Forum de coopération Japon-Afrique (TICAD) est venue confirmer de manière flagrante cette tendance hostile.

La Tunisie, contre l’avis du Japon, et en violation du processus de préparation et des règles établies, a décidé unilatéralement d’inviter l’entité séparatiste.

L’accueil réservé par le chef de l’Etat tunisien au chef de la milice séparatiste est un acte dangereux et inédit qui heurte profondément les sentiments du peuple marocain et de ses forces vives.

Face à cette position hostile, qui nuit aux relations fraternelles qui ont toujours uni les deux pays, le Royaume du Maroc a décidé de ne pas participer au huitième sommet de la TICAD, qui se tiendra à Tunis les 27 et 28 août. , et de rappeler immédiatement l’ambassadeur de Sa Majesté en Tunisie pour consultations.

Cette décision n’affecte en rien les liens forts et solides qui existent entre les peuples marocain et tunisien, qui partagent une histoire et un destin communs.

Cette décision ne remet pas en cause l’attachement du Royaume du Maroc aux intérêts de l’Afrique et son action au sein de l’Union Africaine, ni l’engagement du Royaume dans le cadre de la TICAD.

Nasser Bourita Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et des Marocains résidant à l’étranger

Le communiqué publié vendredi soir par le ministère tunisien des Affaires étrangères, pour tenter de justifier le comportement hostile et inamical des autorités tunisiennes à l’égard de la première question nationale et des intérêts suprêmes du Royaume du Maroc, contient de nombreuses interprétations et sophismes. La déclaration n’a pas levé l’ambiguïté entourant la position tunisienne, mais a plutôt contribué à son approfondissement.

Le Forum s’inscrit dans le cadre de partenariats africains, à l’instar des partenariats avec la Chine, l’Inde, la Russie, la Turquie et les États-Unis d’Amérique, qui ne sont ouverts qu’aux pays africains reconnus par le partenaire. En conséquence, les règles et le cadre de l’Union africaine, que le Maroc respecte pleinement, ne s’appliquent pas en l’espèce.

Concernant l’invitation de l’entité séparatiste au forum TICAD-8, il a été convenu dès le départ, avec l’approbation de la Tunisie, que la participation soit limitée aux pays ayant reçu une invitation signée à la fois par le Premier ministre japonais et le président tunisien.

Une note verbale officielle émise par le Japon le 19 août 2022 affirme expressément que cette invitation conjointement signée « est la seule sans laquelle aucune délégation ne sera autorisée à participer à la TICAD-8 », et que « cette invitation n’est pas adressée à l’entité mentionnée dans la note verbale du 10 août 2022.  » Août 2022 « , c’est-à-dire l’entité séparatiste. Dans ce contexte, 50 invitations ont été adressées à des pays africains entretenant des relations diplomatiques avec le Japon. La Tunisie n’avait donc pas le droit d’édicter une procédure d’envoi d’invitations unilatérale, parallèle et spécifique à l’entité séparatiste, et en contradiction avec le volonté expresse du partenaire japonais.

La déclaration émise par la Tunisie adopte la même interprétation en ce qui concerne la position africaine, qui a toujours été fondée sur la participation globale des États africains, et non des membres de l’Union africaine, et s’appuie sur la résolution n° 762 du Sommet de l’Union africaine. , qui précise que le cadre de la TICAD n’est pas ouvert à tous les membres de l’Union africaine, et que la formule de participation est encadrée par la même décision et par des arrangements avec le partenaire. La résolution du Conseil exécutif de juillet 2022 à Lusaka a simplement « encouragé une participation inclusive » avec l’obligation de « se conformer aux résolutions pertinentes de l’UA », en l’occurrence la résolution 762.

S’agissant de la question de l’impartialité et de la référence du communiqué au « respect des résolutions des Nations unies » sur la question du Sahara, l’abstention soudaine et injustifiée de la Tunisie lors du vote de la résolution n° 2602 du Conseil de sécurité adoptée en octobre dernier soulève des doutes réels et légitimes quant à son soutien au processus politique et résolutions des Nations Unies.

S’agissant de l’accueil réservé par le chef de l’Etat tunisien au chef de la milice séparatiste, la référence obstinée dans le communiqué tunisien à « assurer un accueil égal à tous les hôtes de la Tunisie » est une source de grand étonnement, sachant que ni le gouvernement tunisien ni le peuple tunisien reconnaît cette entité fictive. C’est un acte d’hostilité flagrante et injustifiée, qui n’a rien à voir avec les « règles de bonne volonté inhérentes au peuple tunisien » qui ne peuvent en aucun cas s’appliquer aux ennemis des frères et amis qui ont toujours soutenu la Tunisie dans les moments difficiles .

Publié le 31/08/2022

Erreur d'image

contact

Loading