Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Elections législatives françaises 2022 : Macron perd sa majorité

Ensemble (centre) : 246 places
Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (gauche) : 142 sièges
Rassemblement national (extrême droite) : 89 sièges
Les Républicains (centre-droit) : 64 sièges
Gauche divers : 13 places
Droit divers : 9 places

Les 577 membres français de l’Assemblée nationale (Chambre basse) sont élus au scrutin à deux tours avec un second tour si aucun candidat ne dépasse les 50 % au premier tour. Un candidat unique est élu dans chaque circonscription.

Près de 49 millions d’électeurs français ont dû choisir leur nouveau parlement. Au premier tour, le 12 juin 2022, seuls 47,51 % des électeurs se sont rendus aux urnes. C’était une baisse de -1,2% par rapport à 2017, et la participation électorale en 2017 était déjà faible : -8,5% par rapport à 2012.

Au second tour des élections législatives de 2022, la participation électorale est tombée à 46,23 %. C’est une augmentation de +3,6% par rapport à 2017, mais 2017 a été une année terrible avec -12,8% par rapport à 2012.

En 2017, le parti LREM du président Macron avait réussi à remporter 347 sièges, bien au-delà des 289 parlementaires nécessaires à la majorité absolue à l’Assemblée nationale. En 2022, le camp présidentiel est tombé à 245 sièges. C’est une grosse défaite puisque, contrairement à 2017, où LREM se battait seul aux élections législatives, le parti du président Macron faisait partie d’une alliance électorale appelée Ensemble, qui n’a réussi à remporter que 245 sièges.

L’alliance électorale de gauche NUPES avec son chef d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, un homme critique à la fois de l’Union européenne et de l’OTAN, qui lui-même n’était — contrairement à l’élection présidentielle — pas sur les urnes, a réussi à remporter 131 sièges ( +73). C’est loin de son objectif électoral d’obtenir la majorité avec la NUPES et donc de contraindre le président à le nommer Premier ministre – un fantasme depuis le début car jamais Macron ne l’aurait choisi -, mais c’est quand même un succès. Cela a été rendu possible parce que la gauche et la gauche dure étaient largement unies malgré de fortes différences.

La surprise encore plus grande des élections législatives françaises de 2022 a été le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen – qui n’était pas non plus sur le bulletin de vote. Son parti s’est retrouvé avec 89 sièges (+82 !).

La droite traditionnelle des Républicains et UDI a vu son nombre de sièges grossièrement divisé par deux à 61 sièges (-56). De leurs rangs sont sortis des présidents comme Chirac et Sarkozy, pour ne citer que leurs deux derniers.

Si l’on regarde dans le détail les alliances électorales, au sein de l’équipe présidentielle Ensemble, le parti le plus fort était le LREM de Macron avec 168 sièges (-140). Le MoDem de centre-droit s’est retrouvé avec 48 sièges (+6) et le parti nouvellement fondé de l’ancien Premier ministre de Macron, Edouard Philippe, a remporté 27 sièges.

L’alliance de gauche et d’extrême gauche NUPES a vu le LFI de Mélenchon remporter 72 sièges (+55), devant les Verts avec 27 sièges (+26), les socialistes autrefois puissants avec 26 sièges (-4) et les communistes français avec 12 sièges ( +2). Comme évoqué, l’extrême droite RN de Marine Le Pen s’est retrouvée avec 89 sièges (+81). Marine Le Pen avait décidé de faire tourner seule son parti. L’autre leader d’extrême droite Eri Zemmour de Reconquête, qui avait remporté quelque 7% à la présidentielle de 2022, se présentant pour la première fois, n’a pas pu remporter un seul siège à l’élection législative. Le parti de centre-droit autrefois dominant LR s’est retrouvé avec 61 sièges (-51) et le centre-droit UDI avec 3 sièges (-15).

Quelques résultats étonnants : avec Jacques Chirac et Jean Tiberi, Les Républicains ont fait élire une fois le maire de Paris dans leurs rangs. Aux élections législatives de 2022, LR n’a pas réussi à remporter un seul siège à l’Assemblée nationale.

Quant à la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo, après la catastrophe de l’élection présidentielle où elle s’est retrouvée avec 1,7% (!), elle a subi une autre débâcle aux législatives 2022 : aucun des quatre candidats de la NUPES qu’elle a soutenu activement à Paris aux législatives 2022 l’élection en fit l’Assemblée nationale.

Ainsi, dans les quelque 60 seconds tours qui ont vu s’affronter le Nupes et le RN, Brice Teinturier de l’institut de sondage Ipsos a estimé que 72 % des électeurs d’Ensemble se sont abstenus de voter hier. Les Nupes ont perdu dans 33 de ces éliminatoires.

L’extrême droite a bondi parce que les électeurs des deux autres principaux blocs de la politique française – le centre de Macron et la gauche de Mélenchon – se détestent tellement qu’ils refusent de voter tactiquement pour empêcher le RN d’entrer. L’affaiblissement du « front républicain » anti-RN est salué par les hautes personnalités du RN, qui y voient un pas de plus vers la normalisation du parti. Louis Aliot, un allié de Le Pen, a déclaré : « Le plafond de verre a été brisé. Nous nous couchons, entrons dans la normalité.

Si le statut du RN comme premier parti d’opposition est confirmé, le parti pourrait gagner certains privilèges, dont la présidence de la puissante commission des finances du parlement, qui depuis une quinzaine d’années est détenue par le plus grand groupe d’opposition.

Plusieurs scénarios sont désormais possibles. Macron pourrait rechercher un pacte de gouvernement formel avec les républicains, bien que plusieurs personnalités du parti aient exprimé leur opposition. Il pourrait également former un gouvernement minoritaire, bien que l’arme la plus puissante de l’exécutif, l’article 49-3 de la Constitution française, utilisée par les précédents gouvernements minoritaires pour adopter des lois sans vote, soit contrainte depuis une réforme constitutionnelle de 2008.

Une autre option est déjà évoquée par les alliés du président : dissoudre le parlement dans un an et organiser de nouvelles élections. Pour l’instant, « Jupiter » ressemble plus à un Icare.

Publié le 20/06/2022

Erreur d'image

contact

Loading