Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Les élections législatives s’ouvrent en France alors que la gauche cherche à défier Macron

L’alliance centriste du président dans une bataille au coude à coude avec une gauche unifiée et résurgente

L’alliance rouge-verte de Jean-Luc Mélenchon a fait bonne figure lors du premier tour des élections législatives françaises dimanche, lui donnant une chance de défier le président Emmanuel Macron pour le contrôle de l’Assemblée nationale lors du dernier tour de scrutin le week-end prochain.

Avec la plupart des bulletins comptés, les résultats ont montré que l’alliance de Mélenchon – la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) – et l’Ensemble centriste de Macron (Ensemble) étaient les principaux vainqueurs des votes et seraient les deux plus grands groupes de l’assemblée.

Le succès de Mélenchon, cependant, ne se traduira probablement pas par une majorité à l’assemblée de 577 sièges, car les électeurs modérés méfiants quant à sa réputation de brandon d’extrême gauche et eurosceptique devraient se rallier aux côtés de Macron au second tour le 19 juin.

Selon les premières prévisions des sondeurs, le groupe de Macron gardera la main et se retrouvera entre 275 et 310 sièges, contre 180-210 pour celui de Mélenchon. Un parti ou une alliance a besoin de 289 sièges pour une majorité absolue.

Mélenchon a appelé les électeurs à « affluer » vers les urnes pour le second tour de scrutin de dimanche prochain « pour rejeter définitivement les plans désastreux de M. Macron » et avoir leur mot à dire après « 30 ans de néolibéralisme ».

Élisabeth Borne, la première ministre de Macron, a critiqué les « extrêmes » politiques qui s’opposent à son gouvernement et a déclaré : « Nous sommes la seule force politique capable d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale ». . . Compte tenu de la situation mondiale et de la guerre aux portes de l’Europe, nous ne pouvons pas prendre le risque de l’instabilité.

Chaque circonscription géographique élit son propre député et, dans de nombreux cas, le choix des électeurs est passé d’une douzaine de candidats au premier tour à seulement deux au second. Dans la plupart des cas, le second tour se jouera entre le candidat de Macron et celui de Mélenchon.

palais présidentiel avant leur rencontre à Paris le 10 juin 2022.

La France a commencé à voter au premier tour des élections législatives dimanche, avec une gauche renaissante et nouvellement unifiée cherchant à contrecarrer les plans de réforme du président Emmanuel Macron.

Les élections pour les 577 sièges de la chambre basse de l’Assemblée nationale sont un processus à deux tours, la forme du nouveau parlement ne devenant claire qu’après le second tour du 19 juin.

Les bulletins de vote fournissent une coda cruciale à l’élection présidentielle d’avril, lorsque Macron a remporté un deuxième mandat et a promis une nouvelle ère de transformation après un premier mandat dominé par les manifestations, la pandémie de coronavirus et la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures du matin en France métropolitaine, après que les électeurs des territoires d’outre-mer ont voté plus tôt dans le week-end.

Après une piètre performance en avril, la gauche française s’est unie au sein d’une coalition pour ce que son chef Jean-Luc Mélenchon appelle « le troisième tour » de l’élection présidentielle.

Les sondages d’opinion montrent l’alliance centriste du président, Ensemble (Ensemble), et la coalition NUPES de Melenchon de l’extrême gauche, des socialistes, des communistes et des verts au coude à coude lors du vote populaire.

Mais le système parlementaire français basé sur les circonscriptions et les élections à deux tours signifient que la répartition des sièges sera une autre affaire, et beaucoup dépendra du taux de participation au second tour.

Le taux d’abstention devrait être largement supérieur à 50 % au premier tour, ce qui constituerait un nouveau record pour des élections déjà marquées par une faible participation ces dernières années.

Les résultats, sept semaines après que Macron a vaincu la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen et remporté de manière convaincante un second mandat à la présidence, marquent un retour spectaculaire pour la gauche française après cinq ans dans le désert politique.

Sous la direction de Mélenchon – un vétéran politique de 70 ans qui est arrivé troisième à l’élection présidentielle juste derrière Le Pen et qui avait précédemment annoncé qu’il prendrait sa retraite – la gauche pourra au moins monter une opposition vocale au parlement à la décision de Macron programme législatif alors qu’il cherche à poursuivre ses réformes économiques.

En 2017, après avoir balayé ses rivaux socialistes et de centre-droit pour remporter son premier mandat présidentiel, Macron a vu ses candidats prendre le contrôle total de l’Assemblée nationale lors des élections législatives qui ont suivi.

Cette fois, si son alliance centriste Ensemble n’obtient pas la majorité à l’Assemblée, le président devra trouver le soutien d’autres partis comme les conservateurs Les Républicains pour faire passer des lois, par exemple pour allonger l’âge de la retraite de 62 à 65 ans pour ses projet de réforme du système de retraite.

Dans le cas peu probable où ce serait l’alliance Nupes de Mélenchon qui obtiendrait la majorité la semaine prochaine, Macron resterait aux commandes de la politique étrangère et de la défense mais devrait nommer un Premier ministre qui a le soutien de plus de la moitié des députés de l’Assemblée et « cohabiter » avec un gouvernement hostile à sa politique économique.

Comme les citoyens d’autres démocraties libérales, y compris les États-Unis, les Français sont devenus ces dernières années de plus en plus désabusés et se sont tournés vers les politiciens nationalistes et populistes pour trouver des solutions.

Des résultats partiels du ministère de l’Intérieur ont indiqué que plus de la moitié des électeurs français n’ont pas pris la peine de voter dimanche, suggérant un taux de participation record d’environ 47% pour ce type d’élection.

La politique française est désormais divisée en trois grands camps, avec Macron et ses alliés au centre, Le Pen à la tête des nationalistes anti-immigration à l’extrême droite, et Mélenchon à la tête de sa nouvelle alliance gauche-verte, qui comprend sa propre La La France Insoumise et les partis socialiste et communiste.

Le Rassemblement national de Le Pen a obtenu environ 20% des voix dimanche et devrait remporter entre 10 et 25 sièges à l’Assemblée nationale, tandis que les Républicains de droite obtiennent entre 40 et 60 sièges dans la première projection.

Parmi ceux qui n’ont pas réussi à faire la coupe lors des élections de dimanche figuraient Éric Zemmour, la star d’un talk-show télévisé d’extrême droite, qui avait déjà perdu dans la course présidentielle et n’a pas pu remplacer Le Pen à la tête de l’extrême droite française.

Au premier tour de l’élection présidentielle d’avril, près de 60 % des électeurs français ont choisi un candidat d’extrême droite ou d’extrême gauche.

palais présidentiel avant leur rencontre à Paris le 10 juin 2022.

La France a commencé à voter au premier tour des élections législatives dimanche, avec une gauche renaissante et nouvellement unifiée cherchant à contrecarrer les plans de réforme du président Emmanuel Macron.

Les élections pour les 577 sièges de la chambre basse de l’Assemblée nationale sont un processus à deux tours, la forme du nouveau parlement ne devenant claire qu’après le second tour du 19 juin.

Les bulletins de vote fournissent une coda cruciale à l’élection présidentielle d’avril, lorsque Macron a remporté un deuxième mandat et a promis une nouvelle ère transformatrice après un premier mandat dominé par les manifestations, la pandémie de coronavirus et la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures du matin en France métropolitaine, après que les électeurs des territoires d’outre-mer ont voté plus tôt dans le week-end.

Après une piètre performance en avril, la gauche française s’est unie au sein d’une coalition pour ce que son chef Jean-Luc Mélenchon appelle « le troisième tour » de l’élection présidentielle.

Les sondages d’opinion montrent l’alliance centriste du président, Ensemble (Ensemble), et la coalition NUPES de Melenchon de la gauche dure, des socialistes, des communistes et des verts au coude à coude lors du vote populaire.
Le dirigeant d’extrême gauche Jean-Luc Melenchon prononce un discours à Marseille, dans le sud de la France, le 10 juin 2022.

Mais le système parlementaire français basé sur les circonscriptions et les élections à deux tours signifient que la répartition des sièges sera une autre affaire, et beaucoup dépendra du taux de participation au second tour.

Le taux d’abstention devrait être largement supérieur à 50 % au premier tour, ce qui constituerait un nouveau record pour des élections déjà marquées par une faible participation ces dernières années.

‘Cohabitation?’

Si l’alliance du président conserve une majorité absolue, Macron pourra continuer à gouverner comme avant. Un échec pourrait entraîner des accords désordonnés, projet de loi par projet de loi, avec les partis de droite au Parlement ou un remaniement ministériel indésirable. Une victoire de l’alliance de gauche – considérée comme peu probable par les analystes mais pas impossible – serait un désastre pour Macron.

Suite à la réélection de Macron, sa coalition centriste cherche une majorité absolue qui lui permettrait de mettre en œuvre ses promesses de campagne, notamment des réductions d’impôts et le relèvement de l’âge de la retraite de 62 à 65 ans.

Cela soulèverait le spectre d’une «cohabitation» maladroite – où le Premier ministre et le président sont issus de factions différentes – qui a paralysé la politique française dans le passé.

L’exemple le plus récent remonte à 1997-2002, lorsque le président de droite Jacques Chirac a gouverné en tandem avec le socialiste Lionel Jospin en tant que premier ministre. Le président socialiste François Mitterrand a dû cohabiter à deux reprises avec des gens de droite : avec Chirac dans un duo au pouvoir connu pour être hargneux, puis avec Edouard Balladur.
Une femme passe devant des affiches électorales indiquant « Melenchon Premier ministre », pour l’alliance des partis de gauche bricolés par le leader de l’extrême gauche Jean-Luc Melenchon, à Saint Jean de Luz, dans le sud-ouest de la France, le 10 juin 2022.

Melenchon, un ancien marxiste, a déjà clairement exprimé son ambition de devenir Premier ministre et de contrecarrer le plan de Macron visant à relever l’âge de la retraite en France, même si le président conserverait le contrôle de la politique étrangère.
« Majorité forte et claire »

Entrant dans la mêlée jeudi, Macron a reconnu que les enjeux étaient élevés, mettant en garde la France contre le choix d' »extrêmes » qui ajouteraient « une crise à une crise ».
Publicité

« Si l’élection présidentielle est cruciale, l’élection législative est décisive », a-t-il déclaré lors d’une visite dans le Tarn rural, appelant à une « majorité forte et claire ».

La plate-forme des gauchistes comprend une augmentation significative du salaire minimum, l’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans et le blocage des prix de l’énergie.

Bien que la coalition de Mélenchon puisse remporter plus de 200 sièges, les projections actuelles laissent peu de chance à la gauche de remporter la majorité. Macron et ses alliés devraient remporter entre 260 et 320 sièges, selon les derniers sondages.

Les analystes affirment que les jeunes et les membres des groupes à faible revenu sont parmi ceux susceptibles de rester à la maison pour le premier tour et si Melenchon pouvait les mobiliser pour le deuxième tour, cela transformerait le tableau.

Alors que Macron et ses alliés de l’Union européenne ont poussé un lourd soupir de soulagement après sa victoire présidentielle solide, bien que peu spectaculaire, contre la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, les dernières semaines n’ont apporté aucun sentiment de lune de miel.
Une vue d’une affiche électorale pour les prochaines élections législatives avec le visage de Jean-Luc Melenchon, le chef du parti d’opposition d’extrême gauche, à Strasbourg, dans l’est de la France, le 9 juin 2022.

Les prix de l’énergie et de l’alimentation flambent en France comme ailleurs en Europe, le traitement des supporters anglais lors de la finale de la Ligue des champions à Paris a porté atteinte à l’image de la France à l’étranger et Macron a été accusé par l’Ukraine d’être trop accommodant avec la Russie.

Publié le 13/06/2022

Erreur d'image

contact

Loading