Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Macron remporte un nouveau mandat après une bataille d’extrême droite

L’extrême droite s’est généralisée en France.

‘Nouvelle ère’

Le président français Emmanuel Macron s’apprête à entamer des efforts pour unir une nation profondément divisée après avoir été réélu dimanche dans une bataille contre sa rivale Marine Le Pen qui a vu l’extrême droite se rapprocher le plus de la prise du pouvoir.

Le centriste Macron a remporté environ 58,6% des voix au second tour contre 41,4% pour Le Pen, selon les résultats officiels du ministère de l’Intérieur.

Macron est le premier président français en deux décennies à remporter un second mandat, mais sa dernière victoire sur son rival d’extrême droite a été plus étroite que leur dernière confrontation en 2017, lorsque la marge était de 66,1% à 33,9%.
affiche

Les gains historiques de l’extrême droite ont refroidi les célébrations du leader français dimanche soir. S’adressant aux supporters à l’ombre de la tour Eiffel, il a promis de combler les divisions dans un pays profondément divisé.

Le président de 44 ans entamera son deuxième mandat avec le défi des élections législatives de juin, où le maintien d’une majorité sera essentiel pour lui permettre de réaliser ses ambitions.

Plusieurs centaines de manifestants de groupes d’ultra-gauche sont descendus dans les rues de certaines villes françaises pour protester contre la réélection de Macron et le score de Le Pen. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des rassemblements à Paris et à Rennes, dans l’ouest du pays.

C’est le titre de la démonstration historique de Marine Le Pen à l’élection présidentielle française. Le féroce nationaliste n’a pas gagné dimanche. Mais elle s’est rapprochée d’un pas de plus – arrachant une sorte de victoire à sa défaite face au président réélu Emmanuel Macron. Avec 41,5% des voix, sans précédent pour elle, la politique de mécontentement anti-étranger et anti-système de Le Pen est désormais plus ancrée que jamais dans la psyché, la pensée et le paysage politique de la France. Depuis que la dynastie Le Pen – d’abord son père, Jean-Marie, et maintenant Marine, sa fille – a commencé à se présenter aux élections présidentielles en 1974, jamais autant d’électeurs français n’ont adhéré à leur doctrine selon laquelle la France multiculturelle et multiraciale, un pays avec les mots « Liberté, Egalité, Fraternité » inscrit sur ses bâtiments publics, serait plus riche, plus sûr et en quelque sorte plus français s’il était moins ouvert aux étrangers et au monde extérieur. Si elle était devenue la première femme présidente de France, son plan de lutte contre le terrorisme islamique aurait inclus la privation d’une partie de la population française – les femmes musulmanes – d’une partie de leur liberté. Elle voulait leur interdire de porter le foulard en public – peu égalitaire ou fraternel. Il en va de même pour ses propositions visant à placer les citoyens français en première ligne pour l’emploi, les allocations et le logement.

Dans le langage d’extrême droite, « nous » sommes en grande partie des blancs et des chrétiens submergés par la migration, appauvris par la mondialisation, terrorisés par les fondamentalistes islamiques et perdant leur identité française au profit de cultures, de religions et de valeurs importées. « Eux », ce sont tous ceux qu’ils blâment : les élites, les étrangers, les financiers, l’UE, les musulmans, « le système ». Leur liste est longue. Le marché de leur politique est devenu si vaste que cette élection a vu plusieurs souches d’extrémisme parmi lesquelles choisir. Eric Zemmour, l’ancien expert de la télévision qui suscite la pagaille, qui a été condamné à plusieurs reprises pour discours de haine, s’est classé quatrième sur les 12 candidats au premier tour de scrutin le 10 avril. Il avance des arguments raciaux selon lesquels les Français blancs risquent d’être remplacés par des non-Européens. immigrés et leurs enfants. Il a édulcoré la collaboration de la France avec ses occupants nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Au cours de sa campagne, il a rempli les auditoriums d’audiences pour ses invectives anti-islamiques et anti-immigration. Pour Le Pen, il avait également l’avantage de la faire paraître vanille et éligible en comparaison, ce qui explique aussi en partie pourquoi elle a si bien réussi. Ensemble, l’extrême droite a remporté 32% des voix au premier tour.

« Océan d’abstention »

Macron espère un second mandat moins compliqué qui lui permettra de mettre en œuvre sa vision d’une réforme plus favorable aux entreprises et d’une intégration européenne plus étroite, après un premier mandat marqué par les protestations, puis la pandémie de coronavirus et enfin l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Mais il devra convaincre ceux qui ont soutenu ses adversaires et les millions de Français qui n’ont pas pris la peine de voter.

Les bureaux de vote ont estimé le taux de participation à seulement 72%, le plus bas de tous les seconds tours des élections présidentielles depuis 1969.

Pendant ce temps, 6,35% des électeurs aux élections n’ont voté pour aucun candidat par bulletin blanc tandis que 2,25% ont gâché leurs bulletins.

Le candidat arrivé en troisième position au premier tour, l’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, avait refusé de soutenir Macron.

Mélenchon a aussi les yeux rivés sur les élections de juin.

S’il a salué la défaite de Le Pen comme « une très bonne nouvelle pour l’unité de notre peuple », Melenchon a souligné que les deux têtes de liste avaient à peine réussi à recueillir le tiers des voix des électeurs inscrits.

Macron « est plongé dans un océan d’abstentions et de bulletins nuls », a-t-il déclaré.

Analyse: La perte est la victoire de l’extrême droite aux élections en France

Les électeurs considéraient comme leur devoir civique de maintenir le score des Le Pen à un niveau bas, voyant un scrutin contre eux comme un coup porté au racisme et à la xénophobie. Moins pensent de cette façon maintenant.

En défendant les questions du coût de la vie, en se liant d’amitié avec la classe ouvrière, en changeant le nom de son parti et en prenant ses distances avec son père, Le Pen a élargi son attrait et s’est rendue moins effrayante pour des pans croissants de l’électorat français. L’immigration n’est pas la principale préoccupation de tous ses partisans. Ils ne se méfient pas tous de l’UE, des musulmans et des étrangers. Mais Le Pen parle à beaucoup de ceux qui se sentent ignorés et négligés par les responsables à Paris et à Bruxelles.

Ainsi, bien que Macron soit devenu le premier président français en 20 ans à remporter un second mandat, il a également échoué : n’a pas réussi à atteindre l’objectif qu’il s’était fixé au début de sa présidence.

Il y a cinq ans, dans son discours de victoire triomphal, Macron s’est engagé à couper le sol sous les pieds de Le Pen en apaisant la colère des électeurs dont elle se nourrit.

« Je ferai tout dans les cinq années à venir pour qu’il n’y ait plus de raison de voter pour les extrêmes », a-t-il déclaré.

Pourtant, les extrêmes de la France font maintenant mieux que jamais, trouvant un public croissant, enthousiaste et complètement décomplexé pour la rhétorique d’extrême droite « nous contre eux ».

Dans le langage d’extrême droite, « nous » sommes en grande partie des blancs et des chrétiens submergés par la migration, appauvris par la mondialisation, terrorisés par les fondamentalistes islamiques et perdant leur identité française au profit de cultures, de religions et de valeurs importées.

 

Publié le 25/04/2022

Erreur d'image

contact

Loading