Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Élections françaises : rejet catégorique de l’establishment

Le premier tour des élections présidentielles françaises a représenté un moment décisif dans la situation politique.

Surtout, on a vu un énorme rejet de l’establishment. Les partis traditionnels ont été décimés et les candidats dits « extrémistes » ont obtenu plus de 50 % des voix. L’ailier gauche Jean-Luc Mélenchon s’est vu refuser une place au tour final d’à peine un point de pourcentage, en grande partie grâce au comportement dévastateur des autres partis de gauche. Le titulaire « centriste » Emmanuel Macron fait désormais face à une course au couteau au deuxième tour contre Marine Le Pen du Rassemblement national (RN).

L’abstention a été très élevée, à plus de 26 %, suggérant que des millions de citoyens français sont ras le bol – malades jusqu’aux dents de tous les partis politiques, qui à leurs yeux sont également incapables d’améliorer leur vie. La société française est fortement polarisée, le statu quo est totalement discrédité, et peu importe qui remportera finalement la présidence, le décor est planté pour de puissantes éruptions qui se répercuteront dans toute l’Europe.

Les sondeurs s’attendaient initialement à une victoire confortable pour Macron, qui, comme d’autres dirigeants occidentaux, voit dans la guerre en Ukraine une opportunité d’attiser l’hystérie patriotique nationale. Cette décision l’a d’abord fait bondir à 30 % dans les sondages, contre 18 % pour Le Pen et 12 % pour Mélenchon. Après avoir défendu une approche diplomatique de Poutine jusqu’à l’invasion (conscient de la dépendance de la France vis-à-vis du gaz et du pétrole russes), Macron a serré les rangs avec le reste de la bourgeoisie européenne en claironnant son engagement envers l’OTAN, ainsi que des sanctions contre la Russie et une « aide létale ».  » (c’est-à-dire l’envoi d’armes) pour aider l’effort de guerre ukrainien. Il a même commencé à imiter la garde-robe du président ukrainien Zelenskey, échangeant son costume sur mesure contre un sweat à capuche vert et une chaume, dans une tentative pathétique de bénéficier d’une gloire réfléchie.

Mais le coup de pouce temporaire s’est rapidement estompé. Au fil des semaines, l’avance de Macron s’est rapidement érodée, le résultat final le plaçant ainsi que son parti, La République En Marche (REM), à 28 % contre 23 % pour Le Pen. Il s’agit d’un résultat légèrement supérieur pour Macron par rapport au premier tour de 2017, et pourtant la réaction du président aux sondages était empreinte de panique. Après avoir gagné 66-34 contre Le Pen en 2017, les sondages le placent désormais à 52-48 au deuxième tour. Il est clair que Macron, qui était autrefois salué par tous les porte-parole de l’establishment comme le « héros du centre sensible », est désormais méprisé par une large partie des masses françaises. Et pour une bonne raison.

Macron contre « fascisme » ?

La présidence de Macron a vu des attaques incessantes contre la classe ouvrière, y compris un vaste programme de privatisation ciblant tout, des aéroports et des chemins de fer aux sociétés énergétiques d’État ; les licenciements massifs dans le secteur public ; les contre-réformes des retraites ; l’intensification de la répression étatique ; et la persécution démagogique des migrants et des minorités. Cette offensive contre les travailleurs français a provoqué une opposition massive, depuis les manifestations des gilets jaunes de 2018-19, qui ont atteint des proportions quasi insurrectionnelles ; à une énorme vague de grèves en 2019 ; et des manifestations dirigées par des jeunes contre la surveillance policière accrue et l’interdiction du hijab en 2020 et 2021.

Ces luttes se sont toutes heurtées à une répression sauvage par les forces de l’État. Des dizaines de gilets jaunes ont été mutilés par la police, et beaucoup ont perdu des doigts et des globes oculaires à cause de grenades à balles et d’autres délicieux dispositifs de «contrôle des émeutes». Les tribunaux ont été transformés en un tapis roulant qui a conduit les manifestants directement en prison avec à peine un clin d’œil à la procédure régulière. Lors de la grève de 2019, les pompiers ont été contraints de devenir garde prétorienne pour protéger les grévistes des attaques des gendarmes. Et d’innombrables vidéos existent en ligne d’officiers tirant des cartouches de gaz sur des manifestants à bout portant, attaquant des lycéens et battant des citoyens non armés.

Loin d’un virage à droite ou vers le fascisme, la popularité croissante de Le Pen aux dépens de Macron représente un ressentiment croissant des couches ouvrières et bourgeoises envers le statu quo. Il exprime la colère de classe envers une élite détestée et déconnectée, quoique de manière déformée. Un ancien mineur de 69 ans de Stiring-Wendel, une petite ville de l’est de la France, a été cité dans le Wall Street Journal comme disant que, jusqu’à récemment, il n’avait jamais vraiment imaginé que Le Pen pourrait devenir président. « Elle faisait trop peur… elle représentait l’extrême droite et elle voulait quitter l’Europe. Maintenant, je peux la voir en tant que présidente. Elle est plus sérieuse, plus concentrée sur notre combat. Même une partie des anciens électeurs du PCF transfèrent leur soutien à Le Pen. C’est aussi une expression directe de la dérive de la droite hors du parti lui-même.

Les partis traditionnels décimaient, Mélenchon dépasse les attentes

la plupart des candidats à l’élection présidentielle française n’ont pas atteint le seuil crucial de 5 % requis pour que les frais de campagne soient remboursés par l’État au premier tour. Avec seulement 4,8 % des voix, la candidate républicaine Valérie Pécresse ne se fera pas rembourser ses frais de campagne, ce qui l’a incitée à lancer un appel d’urgence. Mme Pécresse a déclaré aux médias français : « Les républicains ne peuvent pas faire face à ces dépenses. Je suis personnellement endetté à hauteur de 5 millions d’euros.

« C’est pourquoi je lance ce matin un appel national aux dons à tous ceux qui m’ont donné leur vote, mais aussi à tous ceux qui ont préféré hier le vote utile, et enfin à tous les Français attachés au pluralisme politique et à la liberté d’expression. expression. »

« J’ai besoin de votre aide urgente d’ici le 15 mai pour boucler le financement de cette campagne présidentielle. »

Selon la loi électorale française, les candidats doivent obtenir au moins cinq pour cent des voix pour récupérer leur argent. En dessous de cinq pour cent, les candidats ont droit à environ 800 000 euros de l’Etat.

La défaite de Mme Pécresse représente un coup dur, car les sondages de décembre annonçaient qu’elle gagnerait contre Macron au second tour. Mais sa campagne n’a pas réussi à gagner du terrain au cours des derniers mois.

Seuls quatre candidats ont obtenu plus de cinq pour cent des voix, ce qui signifie que tous les autres candidats doivent rembourser intégralement leurs frais de campagne.

Le premier tour a été marqué par l’un des taux de participation les plus faibles des dernières élections, avec un taux d’abstention estimé à environ 26 %, soit plus que les 30 % d’abstention prévus par certains sondages. En 2017, 23 % des électeurs se sont abstenus de voter.

Les premiers résultats portent un coup dur aux partis traditionnels français qui ont vu leur nombre chuter depuis qu’Emmanuel Macron est devenu président en 2017.

Outre la baisse du soutien à Macron, la fureur contre l’establishment se manifeste également dans la pitoyable performance du Parti socialiste (PS) et des Républicains (LR). Les partis traditionnels de centre-gauche et de centre-droit français, qui dominaient autrefois le paysage électoral d’après-guerre, ont été réduits à l’état de croupions. Avec seulement 4,8 % des suffrages, Valérie Pécresse de LR a été contrainte de lancer un appel humiliant aux supporters pour une « aide urgente » afin de « couvrir les frais restants » de la campagne, appelant aux dons via son site personnel ! Elle a évoqué la « situation critique » à laquelle fait face LR après avoir perdu 7 millions d’euros, laissant entendre que le parti pourrait être au bord de la faillite. Pour reprendre une expression française : quel dommage ! Mais aucun n’a subi une plus grande humiliation que le PS, dont la candidate Anne Hidalgo, maire de Paris, n’a recueilli que 1,7 % des voix. Ce résultat étonnant n’est que des desserts aux trahisons du gouvernement de François Hollande, dont le parti ne s’est jamais remis. Après ces élections présidentielles, il y a un potentiel qu’il n’aura jamais.

Ailleurs, le candidat des Verts Yannick Jadot a recueilli un misérable 4,7 % des voix et n’a pas tardé à approuver Macron pour le second tour, avec Hidalgo et Pécresse. Éric Zemmour, qui a tenté de revendiquer la droite de Le Pen sur une plate-forme radicale raciste et nationaliste, est arrivé quatrième avec 7% et a jeté derrière le RN. Si quelqu’un avait écouté la couverture internationale des élections, ce concours à deux chevaux entre le « centre et l’extrême droite » aurait pu sembler être toute l’histoire. La BBC n’a parlé que vaguement d’une « polarisation croissante entre l’extrême droite et l’extrême gauche », sans nommer de candidats « d’extrême gauche ». Le correspondant de Paris a seulement déclaré qu’il « faudrait descendre à 2,5 % pour trouver le candidat socialiste le plus proche ». En fait, un autre candidat a fait une poussée tardive surprenante, manquant de peu le second tour.

Rejetez le moindre mal !

Comme on pouvait s’y attendre, une montagne de pression est tombée sur Mélenchon et FI pour soutenir Macron au second tour afin de vaincre « le fasciste ». Ce chœur de moindre mal évoque un fort sentiment de déjà-vu : on a entendu exactement la même chose après le premier tour en 2017. Et comme en 2017, les journalistes et intellectuels dits « de gauche » ont été les premiers à encourager soutien « réticent » à Macron. En Grande-Bretagne, l’expert autoproclamé «marxiste» Paul Mason (qui en fait s’est entièrement rangé du côté du chauvinisme et de la réaction à propos de l’Ukraine) a tweeté dès la sortie des urnes que Mélenchon «doit exhorter à un vote antifasciste» , peu importe à quel point cela peut être « dégoûtant ».

Ces résultats électoraux ont mis les nerfs à vif dans tous les gouvernements européens. La bourgeoisie était déjà effrayée par la victoire de Victor Orban en Hongrie, mais elle est maintenant confrontée à la perspective que le deuxième pays d’Europe soit dirigé par un président non testé et anti-UE qui a précédemment exprimé le désir de quitter l’OTAN. Les classes dirigeantes en Occident paniquent à l’idée d’une présidence Le Pen provoquant encore plus de désintégration de leur front uni contre la Russie. Cela est déjà mis à l’épreuve par leur dépendance différente à l’égard du gaz et du pétrole russes, ce qui signifie que certains préféreraient rechercher un règlement plus précoce avec Poutine, au prix de plus grandes concessions de la part de l’Ukraine, tandis que d’autres (en particulier la Grande-Bretagne et les États-Unis) souhaitent que l’Ukraine se batte pour la fin amère.

Il est plus que probable qu’une plus petite proportion de partisans de Mélenchon votera pour Macron par rapport à 2017, et Le Pen devrait également mieux s’en tirer parmi les non-votants du premier tour. Il y a une vraie chance qu’elle puisse gagner. Cela marquerait bien sûr un changement de situation et provoquerait encore plus de contradictions dans la politique européenne. Mais en fin de compte, peu importe qui gagne, les travailleurs et les jeunes français auront un combat à mener contre une administration réactionnaire qui tentera de faire peser sur leurs épaules les conséquences de la crise capitaliste. Les luttes du futur laisseront dans l’ombre tout ce qui a précédé.

Publié le 13/04/2022

Erreur d'image

contact

Loading