Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

La montée de Marine Le Pen dynamise la dernière ligne droite de la campagne présidentielle française

Le candidat d’extrême droite s’est concentré sur les questions de coût de la vie, plaçant Emmanuel Macron sur la défensive

Les avertissements de l’establishment français se font de plus en plus entendre : des politiciens et des experts de Manuel Valls, ancien Premier ministre, au président Emmanuel Macron lui-même tirent la sonnette d’alarme sur le fait que les électeurs pourraient propulser la candidate d’extrême droite Marine Le Pen à la victoire aux élections de ce mois-ci.

« Il est minuit moins une minute », a écrit Valls dans une chronique soutenant Macron dans Le Journal du Dimanche une semaine avant le premier tour de scrutin dimanche prochain. « Marine Le Pen pourrait être élue présidente de la république.

Macron a dit à ses partisans lors d’un rassemblement samedi de ne pas s’asseoir et de croire les sondages d’opinion qui suggèrent qu’il battra Le Pen, bien que par une marge beaucoup plus étroite que sa victoire de 32 points de pourcentage il y a cinq ans. « Le danger extrémiste aujourd’hui est encore plus grand qu’il ne l’était il y a quelques mois, il y a quelques années », a-t-il déclaré.

Au cours de la semaine dernière, une campagne électorale terne éclipsée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie a été électrisée par les espoirs de l’extrême droite – et les craintes du centre – que la France devienne la prochaine démocratie occidentale à tomber sous l’emprise d’un leader populiste sceptique sur l’Otan et l’UE, protectionniste sur l’économie et favorable à des contrôles stricts sur les migrants non européens.

Le Pen n’en est pas encore là – le dernier sondage d’opinion de Harris Interactive suggère que Macron la battrait encore de 51,5% contre 48,5% au second tour. Mais elle est presque assurée de sa place dans le second tour contre Macron le 24 avril – et son avance s’est fortement réduite à l’intérieur de la marge d’erreur. Même si Le Pen perd, elle est susceptible de livrer la meilleure performance pour son parti d’extrême droite depuis que son père Jean-Marie Le Pen a fondé le Front national – devenu le Rassemblement national – en 1972.

« Le risque d’une victoire de Le Pen est nettement plus élevé qu’en 2017″. . . Je ne comprends pas pourquoi les gens n’ont pas plus peur », a déclaré Anne-Laure Delatte, professeur d’économie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui soutient le candidat d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, actuellement en troisième position en les sondages. « Ce qui me choque, c’est que beaucoup de Français semblent ignorer les risques. »

Plusieurs raisons soulignent la récente ascension de Le Pen. Les commentateurs politiques disent qu’elle a mené une bonne campagne, minimisant généralement ses liens avec Vladimir Poutine, le président russe, et se concentrant davantage sur le coût de la vie, plutôt que sur les questions d’immigration ou de guerre culturelle, tout comme les prix du carburant et d’autres produits ont fortement augmenté à la suite de la guerre en Ukraine.

Éric Zemmour, le polémiste de la télévision qui est devenu un rival d’extrême droite l’année dernière, a aidé par inadvertance la mission de longue date de Le Pen de détoxifier son mouvement parce que sa focalisation incessante sur les supposées horreurs de l’islam et l’immigration « hors de contrôle » la faisait apparaître relativement modérée .

David Dubois, professeur de marketing numérique à l’Insead, a déclaré que l’analyse des mentions sur les réseaux sociaux suggérait que le sentiment français à l’égard de Le Pen était plus favorable que pour Zemmour et similaire à celui de Macron – en mars, elle avait 38% de mentions négatives et 31% positives, tandis que Macron avait 37% de négatifs et 32% de positifs.

« Elle a pu changer son image de marque », a déclaré Dubois. « Elle a vraiment fait un effort pour changer son discours de l’immigration à la hausse des prix et comment augmenter le pouvoir d’achat des Français. »

De l’autre côté, Macron a perdu l’essentiel du coup de pouce dont il avait bénéficié après l’invasion de l’Ukraine par les forces de Poutine le 24 février. Il est également désormais considéré comme un candidat de l’establishment après cinq ans au pouvoir, alors qu’en 2017, il était un révolutionnaire qui a évité le vieilles fêtes.

La combinaison de l’acceptabilité retrouvée de Le Pen et de l’aversion généralisée pour Macron en tant que président sortant présenté par les opposants comme un «président des riches» augmente les chances que le «front républicain», le rempart traditionnel contre l’extrême droite au second tour, puisse échouer dans cette élection.

Comme en 2002, lorsque le centre-droit Jacques Chirac a battu Jean-Marie Le Pen, et en 2017 lorsque Macron a battu Marine Le Pen, les électeurs sont censés rejeter l’extrémiste en choisissant le candidat « républicain » conventionnel comme le moindre de deux maux.

Les sondeurs disent qu’il est au moins possible que le front ne sauve pas Macron cette fois. Certains électeurs de droite ne voient plus Le Pen comme un extrémiste invétéré, tandis que les électeurs de gauche pourraient ne pas vouloir voter pour Macron alors que son programme de second mandat envisage de repousser l’âge de la retraite et de limiter l’aide aux plus pauvres.

En supposant que Macron et Le Pen se qualifient pour le second tour, près de la moitié des partisans de l’extrême gauche Mélenchon ont déclaré aux sondeurs qu’ils s’abstiendraient, tandis qu’une partie de ses électeurs et de la conservatrice Valérie Pécresse ont indiqué qu’ils choisiraient Le Pen.

 

 

Publié le 05/04/2022

Erreur d'image

contact

Loading