Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

L’économie mondiale perturbée : Hausse de l’inflation et ralentissement de la croissance dans les perspectives 2022

La croissance économique mondiale ralentira.

Après une contraction de 3,4 % en 2020, le PIB réel mondial a rebondi d’environ 5,6 % en 2021, atteignant un nouveau sommet au premier trimestre. La croissance mondiale devrait ralentir à 4,2 % en 2022, légèrement en deçà des prévisions du mois dernier en raison de performances plus faibles en Europe occidentale, en Amérique du Nord, en Chine continentale et au Japon. Tout comme le rebond de 2021 était généralisé, la plupart des régions connaîtront une décélération en 2022. Une exception notable est le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, où la hausse des recettes d’exportation de pétrole déclenchera une reprise de la croissance. La croissance du PIB réel mondial s’établira à 3,4 % en 2023 et à 3,1 % en 2024, à mesure que les politiques budgétaires et monétaires se resserreront et que la demande refoulée des consommateurs sera satisfaite.

Avec la persistance de goulots d’étranglement maritimes et de certaines pénuries critiques d’approvisionnement, l’inflation mondiale des prix restera élevée en 2022.

L’inflation mondiale des prix à la consommation a atteint 5,2 % en glissement annuel (a/a) en novembre et décembre 2021, son rythme le plus élevé depuis septembre 2008 (le Venezuela et le Zimbabwe sont exclus de tous les agrégats en raison des distorsions causées par l’hyperinflation). L’inflation mondiale devrait rester proche de 5,0 % au début de 2022 avant de ralentir progressivement en réponse à la baisse des prix des matières premières industrielles et agricoles. Sur une base annuelle, l’inflation mondiale des prix à la consommation est passée de 2,2 % en 2020 à 3,8 % en 2021 et s’établira en moyenne à 4,1 % en 2022 avant de retomber à 2,8 % en 2023. Les risques pesant sur les perspectives d’inflation se concentrent à la hausse.

Les pénuries de main-d’œuvre contribuent également à la hausse de l’inflation. Aux États-Unis, la participation à la population active reste inférieure aux niveaux d’avant la pandémie et les taux de postes vacants ont atteint des niveaux record. Dans toute l’Europe, le COVID-19 a perturbé les flux de main-d’œuvre migrante. La politique zéro COVID de la Chine continentale et les changements démographiques limitent l’offre de main-d’œuvre. Les pressions salariales sont les plus aiguës dans les secteurs des services où les travailleurs sont les plus exposés au virus COVID-19. Les implications commerciales des pénuries de main-d’œuvre et des perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement sont une plus grande automatisation des processus à forte intensité de main-d’œuvre, un approvisionnement proche des approvisionnements et un réexamen des politiques d’inventaire au plus juste.

L’expansion économique américaine sera confrontée aux vents contraires de l’inflation et au retrait des mesures de relance budgétaire et monétaire.

Ainsi, la croissance du PIB réel devrait ralentir, passant de 5,7 % en 2021 à 4,1 % en 2022 et à 2,5 % en 2023. Du côté positif, des bilans sains pour les ménages, des conditions financières favorables et des gains d’emploi soutiendront la croissance continue des dépenses de consommation. Il y a des premières indications que la vague d’infections à Omicron diminue dans les zones les plus touchées. Pendant ce temps, le réapprovisionnement des stocks soutiendra la croissance à court terme. Avec une inflation globale (mesurée par l’indice des prix à la consommation) atteignant 7,0 % en glissement annuel en décembre et une inflation sous-jacente à 5,5 %, la Réserve fédérale commencera probablement à relever les taux d’intérêt à la mi-mars, plus tôt que prévu.

L’Europe de l’Ouest fait face à une autre course cahoteuse en 2022.

Après une poussée de croissance au milieu de 2021, la croissance de la zone euro a brusquement ralenti à la fin de 2021 et au début de 2022 en réponse aux coûts énergétiques record, aux perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement et à une augmentation généralisée des cas de COVID-19. Avec l’apaisement de ces vents contraires, la croissance devrait se raffermir au deuxième trimestre. Les économies de services du sud de l’Europe devraient bénéficier d’un rebond des activités touristiques et liées aux voyages au troisième trimestre. Après une baisse de 6,4 % en 2020 et une reprise estimée à 5,2 % en 2021, le PIB réel de la zone euro devrait augmenter de 3,7 % en 2022 et de 2,3 % en 2023.

Le ralentissement de l’immobilier en Chine continentale freine la croissance économique.

La croissance du PIB réel a ralenti à 4,0 % en glissement annuel au quatrième trimestre de 2021, la campagne de désendettement du gouvernement ayant entraîné une contraction de l’activité immobilière et de la construction. Pendant ce temps, la politique zéro COVID, la campagne de décarbonation et la répression réglementaire ont pesé sur la plupart des secteurs. La stabilisation économique est désormais devenue le principal objectif politique. Le gouvernement a commencé à assouplir sa politique monétaire fin 2021 et accélérera les investissements dans les infrastructures en 2022. La croissance du PIB réel de la Chine continentale devrait ralentir de 8,1 % en 2021 à 5,4 % en 2022 et 5,3 % en 2023.

L’Asie-Pacifique sera le moteur de la croissance économique mondiale, bénéficiant de la libéralisation des échanges.

Le Partenariat économique global régional (RCEP) est entré en vigueur le 1er janvier 2022 pour les pays qui ont ratifié l’accord : Chine continentale, Japon, Corée du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Cambodge, Brunei et Laos. Un avantage important du RCEP est ses règles d’origine favorables, qui offriront des avantages cumulatifs tout au long des chaînes d’approvisionnement de fabrication. Cela aidera à attirer des investissements directs étrangers dans des projets de fabrication et d’infrastructure dans les pays membres. Après une légère baisse de 1,0 % en 2020 et une croissance de 6,0 % en 2021, le PIB réel de l’Asie-Pacifique devrait augmenter de 4,8 % en 2022 et de 4,5 % en 2023.

 

Publié le 16/02/2022

Erreur d'image

contact

Loading