Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

Élections françaises 2022 : que pourrait-il se passer lorsque le pays se rendra aux urnes ?

Quelle est l’histoire et pourquoi est-ce important?

La France élit son prochain président lors de deux tours de scrutin les 10 et 24 avril qui détermineront le cap du deuxième plus grand pays d’Europe occidentale pour les cinq prochaines années.

La liste complète des candidats ne sera connue que début mars, lorsque les noms de ceux qui auront recueilli les 500 approbations nécessaires des élus pour se qualifier pour le scrutin du premier tour seront annoncés.

Mais seule une poignée a une chance de se qualifier pour le second tour. Il s’agit actuellement d’Emmanuel Macron, le président sortant ; Valérie Pécresse du parti de droite Les Républicains ; et Marine Le Pen du Rassemblement national d’extrême droite.

Les sondages suggèrent que parmi les autres candidats, seuls le rival d’extrême droite de Le Pen, l’expert de la télévision anti-immigrés et polémiste Éric Zemmour, et Jean-Luc Mélenchon, un vétéran de l’extrême gauche, sont en passe d’obtenir plus de 10 % des voix. voter.

Cependant, beaucoup de choses peuvent encore changer, avec 47 % des électeurs qui déclarent être encore indécis et 30 % qu’ils ont changé d’avis au cours des deux derniers mois. La part relative des voix des deux rivaux d’extrême droite, en particulier, pourrait fluctuer.

Le résultat des élections aura un impact en France, dans l’Union européenne (la France est la deuxième économie de l’UE) et au-delà. Depuis qu’Angela Merkel a quitté ses fonctions, le libéral et centriste Macron est devenu le leader le plus visible du bloc, un partisan d’une plus grande « souveraineté européenne » et un ardent défenseur des valeurs occidentales avec un désir clair de façonner les événements mondiaux.

Une victoire de Le Pen porterait un coup symbolique lourd à l’UE et serait largement considérée comme une nouvelle menace populiste, d’abord nationale, pour la volonté du bloc d’une plus grande intégration. Pécresse pourrait également s’opposer à un nouveau partage de la souveraineté dans plusieurs domaines.

Comment fonctionne le système?

Pour se qualifier pour le premier tour, chaque candidat doit s’assurer le soutien d’au moins 500 parmi plus de 40 000 députés, eurodéputés, sénateurs, conseillers régionaux et maires d’au moins 30 départements et territoires d’outre-mer différents.

Ce n’est pas un obstacle facile à franchir, et un ou plusieurs noms de renom peuvent ne pas le faire. Les signatures des élus doivent être recueillies avant le 4 mars et la liste des candidats doit être annoncée avant le 18 mars. Une dizaine devraient se qualifier.

En supposant – ce qui est pratiquement certain – qu’aucun ne remporte la majorité au premier tour, les deux meilleurs buteurs s’affrontent ensuite deux semaines plus tard. Le vainqueur de ce second tour doit obtenir plus de 50 % des voix.

Le système à deux tours, également utilisé dans les scrutins parlementaires, locaux et régionaux, a été introduit en 1962 par Charles de Gaulle et s’est jusqu’à présent avéré efficace pour éloigner les extrémistes du pouvoir : les Français disent que vous votez d’abord avec votre cœur, puis avec votre tête.
Où sont les favoris à gauche ?

La victoire de Macron en 2017 à la tête d’une start-up politique centriste a fait exploser le paysage politique français de manière spectaculaire, plongeant le score combiné des partis de gouvernement traditionnels de gauche et de droite à un niveau historiquement bas.

Le Parti socialiste (PS), qui contrôlait en 2012 l’Élysée, le Parlement et la plupart des régions françaises, a été brisé. Son candidat à la présidence est arrivé cinquième avec 6,4% des voix, un score jamais atteint, et aux élections législatives, il a perdu 250 de ses 280 députés.

Selon les sondages, la gauche française, y compris le parti des Verts (EELV), devrait recueillir près de 30 % des suffrages – plus que suffisant pour atteindre le second tour s’il s’agissait d’un candidat unique. Cependant, il semble probable qu’il soit divisé entre sept ou huit.

Il s’agit notamment de Mélenchon, le chef de La France Insoumise (La France insoumise), le seul candidat de gauche qui devrait atteindre les deux chiffres ; la candidate socialiste, la maire de Paris Anne Hidalgo ; Yannick Jadot des Verts ; et le communiste Fabien Roussel.

Christiane Taubira, ancienne ministre de la justice socialiste, a remporté une « primaire populaire » destinée à unifier la gauche mais comme Mélenchon, Jadot et Hidalgo ont refusé de la reconnaître, la candidature de Taubira divisera très probablement encore plus le vote progressiste.
Et qu’en est-il du droit ?

Les conservateurs Les Républicains (LR) ont également été touchés par l’arrivée de Macron et de sa République En Marche (LaREM), échouant en 2017 à faire le second tour pour la première fois depuis 1981.

Dans une France qui, selon les sondages, s’est déplacée vers la droite, LR reste une force puissante. Ils ont fortement rebondi aux élections régionales de l’année dernière mais pressés d’un côté par Macron, dont les politiques économiques de centre-droit plaisent aux conservateurs modérés, et de l’autre par Le Pen et Zemmour, en lice pour ses électeurs plus traditionalistes et souverainistes, le parti a peu de marge de manœuvre.

A l’extrême droite, la bataille entre les deux rivaux pourrait être existentielle. Les efforts de Le Pen pour « désintoxiquer » son parti nationaliste de 50 ans l’ont laissée exposée à la rhétorique xénophobe plus virulente de Zemmour, entraînant des défections dans les rangs du Rassemblement national.

D’autres départs – et en particulier toute déclaration officielle de soutien à l’expert de la télévision par la nièce populaire et socialement conservatrice de Le Pen, Marion Maréchal – pourraient gravement nuire à sa campagne et, selon certains, même annoncer la fin de son parti.

Les observateurs pensent que l’objectif à plus long terme de Zemmour est la disparition du Rassemblement national et la fondation d’un nouveau mouvement national-souverainiste unissant l’extrême droite à la droite plus traditionaliste qui ne peut se résoudre à voter pour Le Pen.

Qui sont les principaux candidats et que veulent-ils ?

Emmanuel Macron

Le président français, ancien banquier d’affaires et ministre de l’économie sous son prédécesseur socialiste, François Hollande, est un réformiste économiquement libéral et pro-business, mais un progressiste sur la plupart des questions sociales. Malgré sa promesse de n’être « ni de droite ni de gauche », il est largement perçu au pouvoir comme ayant dérivé vers la droite. Il a également souffert d’une réputation d’arrogance et de distance qu’il a tenté de tempérer.

Marine Le Pen
Le chef du Rassemblement national veut mettre fin à l’immigration, réduire la criminalité, éradiquer l’islamisme et sauver la France de la mondialisation, mais a renoncé à son intention de la retirer de l’UE. Son « nationalisme économique » favoriserait les entreprises françaises, tandis que les politiques sociales « la France d’abord » dans le logement, la santé, l’éducation et l’emploi favoriseraient les Français. Certains signes indiquent que sa volonté d’assainir le parti fondé par son père, Jean-Marie, en 1972 lui a coûté une partie de son soutien traditionnel.

Valérie Pécresse
Présidente de la grande région Paris Ile-de-France, la candidate de droite Les Républicains est une ancienne ministre du budget et s’est décrite comme « deux tiers Angela Merkel et un tiers Margaret Thatcher ». Socialement conservatrice (elle a été fortement impliquée dans les manifestations anti-mariage gay, bien qu’elle ait depuis déclaré qu’elle ne reviendrait pas sur la question), elle a viré vers la droite dure sur l’immigration mais reste relativement centriste selon les normes LR sur l’économie.

Eric Zemmour
Polémiste d’extrême droite à la télévision, condamné pour incitation à la haine raciale et promoteur de la théorie du « grand remplacement » selon laquelle les immigrés musulmans « remplaceraient » les populations des pays européens, Zemmour a fait des émules pour ses diatribes violentes contre l’immigration. Son livre sur le supposé « déclin » de la France a été un best-seller.

Jean-Luc Mélenchon
Le chef franc du parti La France Insoumise a été ministre socialiste junior de 2000 à 2002 et a fait campagne pour une semaine de travail plus courte, un âge de la retraite plus bas, un salaire minimum plus élevé, des avantages sociaux et un taux d’imposition maximal, et la fin du régime présidentiel du Cinquième République. Les analystes pensent qu’il pourrait avoir du mal à égaler sa campagne de 2017, lorsqu’il avait interrogé près de 20 %.

Yannick Jadot
Le choix d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), le parti vert français, Jadot s’est retiré en 2017 pour augmenter les chances en berne du candidat socialiste condamné mais vise maintenant à transférer le succès que son parti a remporté aux élections locales de 2020, lorsqu’il a remporté plusieurs grandes mairies, au niveau national. Il milite pour ce qu’il a appelé « l’écologie concrète en action »: des solutions vertes pour les déplacements, le logement, l’alimentation, la reconstruction des économies locales.

Anne Hidalgo
La première femme maire de Paris a mis en avant ses racines ouvrières et hispano-immigrées et a promis d’améliorer les salaires, notamment pour les enseignants. Bien que sa politique verte et sans voiture ait été suffisamment populaire pour lui valoir un second mandat à la mairie, elle peut avoir du mal à se débarrasser de son image de « trop parisienne » pour le reste de la France, et sa campagne souffre de profondes divisions dans le camp socialiste.

Christiane Taubira
L’ancien ministre de la Justice socialiste est un orateur talentueux d’ascendance caribéenne française qui a fait passer la loi française sur le mariage homosexuel face à des insultes racistes épouvantables. Elle n’a pour l’instant pas dévoilé de plateforme politique.
Qui va gagner?

Les sondages montrent que Macron a remporté le premier tour avec une marge d’environ sept points sur Le Pen, qui devance légèrement Pécresse. Zemmour est à trois ou quatre points derrière, suivi des candidats de gauche menés par Mélenchon.

Au second tour, Macron devrait battre Le Pen d’environ une douzaine de points de pourcentage et Pécresse d’environ la moitié de cette marge.

 

Publié le 16/02/2022

Erreur d'image

contact

Loading