Arabic AR Chinese (Simplified) ZH-CN English EN French FR Spanish ES
Erreur d'image

La capacité militaire de la Russie en 2022

Le déploiement de troupes et d’équipements russes dans des zones proches de l’Ukraine a attiré l’attention sur les forces armées russes et s’est alarmé des intentions de Moscou envers l’Ukraine.

la capacité militaire de la Russie en 2022
Le déploiement de troupes et d’équipements russes dans des zones proches de l’Ukraine a attiré l’attention sur les forces armées russes et s’est alarmé des intentions de Moscou envers l’Ukraine.

Le processus de modernisation militaire New Look, qui a commencé fin 2008, a fait de la Russie une puissance militaire beaucoup plus capable aujourd’hui qu’à tout moment depuis la dissolution de l’Union soviétique. Il y a eu des tentatives précédentes de réforme des forces armées russes, notamment dans les années 1980 et 1990. Mais la performance médiocre de la guerre d’octobre 2008 avec la Géorgie, une volonté politique renouvelée et une reprise des finances se sont conjuguées pour donner le coup d’envoi au New Look. Le programme d’armement de l’État 2011-2020 s’est avéré particulièrement important pour réaliser les ambitions de rééquipement.

Les progrès ont été inégaux entre les services, les forces stratégiques et les forces aérospatiales s’en sortent mieux et, aux côtés de la marine, possèdent généralement des équipements plus modernes que les forces terrestres. Le commandement et le contrôle ont également fait l’objet d’attentions, tant dans les services qu’à un niveau supérieur : un centre de gestion de la défense nationale a été créé en 2014.

Les forces armées russes ont acquis une expérience opérationnelle précieuse grâce à des interventions militaires réussies en Crimée, à la campagne secrète dans l’est de l’Ukraine et au conflit en Syrie. De nombreux hauts commandants militaires russes ont servi en Syrie et, contrairement à la situation de 2008, lorsque certains équipages de combat en Géorgie ont dû être rappelés des centres de test, les pilotes russes déployés en Syrie appartenaient à des escadrons de première ligne. Un autre objectif était de s’éloigner enfin du modèle soviétique de mobilisation de masse et de générer une force indépendante de la conscription et de la mobilisation. Dans l’ensemble, l’initiative visant à développer un cadre de services contractuels de professionnels a réussi, non seulement à modifier l’équilibre des forces armées, passant des conscrits au personnel des services contractuels, mais aussi à accroître la préparation.
Forces terrestres
Les forces terrestres russes ont considérablement changé depuis le début du New Look. De nouveaux équipements sont arrivés, mais pas dans les quantités initialement envisagées. Au lieu de cela, l’accent a été mis sur la modernisation des plates-formes déjà en service et l’intégration d’armes plus précises et à plus longue portée.

Peut-être que le plus grand changement des forces terrestres a été en termes d’organisation et de personnel. Dans les premières années du New Look, les autorités prévoyaient de transformer les forces terrestres afin que leur principale unité d’action devienne la brigade, avec l’intention de produire des formations mobiles autonomes du type dont on pensait qu’elles seraient nécessaires à la périphérie de la Russie. Cependant, le recrutement de personnel contractuel n’a pas été à la hauteur de l’ambition.

Les groupes tactiques de bataillon (BTG) (une idée datant des années 1990) ont été introduits en 2012 pour générer une puissance de combat efficace à partir des brigades, en concentrant le personnel contractuel dans un groupement de la taille d’un bataillon. Les BTG comprennent généralement un bataillon de chars ou d’infanterie renforcé par des blindés ou de l’infanterie et par de l’artillerie, de la défense aérienne, de la guerre électronique et d’autres moyens d’appui au combat.

Cependant, les leçons tirées de l’expérimentation et du conflit en Ukraine, associées aux tensions croissantes avec les États occidentaux et à la nécessité de formations capables de fournir plus facilement un soutien au combat de niveau supérieur (comme l’artillerie lourde) et un soutien au combat, ont contribué à la décision de réintroduire divisionnaire. formations.

Il n’y a pas eu de progrès radicaux dans le rééquipement des forces terrestres avec des équipements de nouvelle génération – même selon les propres critères du ministère russe de la Défense – bien que cela soit dans une certaine mesure déterminé par le nombre d’anciens véhicules blindés de transport de troupes (APC) et les combats d’infanterie. véhicules (IFV) en service. La flotte de chars a été modernisée, mais principalement grâce à des mises à niveau de chars établis tels que le T-72, avec le T-72B3 / B3M modernisé et, dans une moindre mesure, les T-90M et T-80 BVM mis en service.

Moins de progrès ont été réalisés dans l’introduction de la nouvelle génération de véhicules blindés vus lors du défilé du Jour de la Victoire 2015, y compris le char de combat principal T-14 (MBT) et le T-15 IFV qui sont toujours en phase de test. Mais les livraisons aux unités de formation du canon automoteur millimétrique Koalitsiya-SV 155 ont commencé. Des mises à niveau sont également en cours pour l’artillerie automotrice existante, comme le 2S19M2. Des systèmes de plus gros calibre ont également été modernisés, comme le 203 mm 2S7M.

Des progrès significatifs ont été réalisés avec la recapitalisation des unités d’artillerie de missiles et de roquettes. Le 9K720 Iskander-M (RS-SS-26 Stone) d’une portée de 500 kilomètres a remplacé le Tochka-U (RS-SS-21 Scarab) d’une portée de 120 km, et des brigades Iskander supplémentaires ont été formées pour un total de 13. L’Iskander peut utiliser à la fois des missiles balistiques et des missiles de croisière. Le système de lance-roquettes multiples BM-30 Smerch existant a été modernisé.

L’armée de l’air progresse moins dans la recapitalisation de son inventaire de missiles air-sol tactiques. La majeure partie de ses missiles guidés air-sol à courte portée sont des conceptions de l’ère soviétique, avec des conceptions plus récentes qui n’ont apparemment pas encore atteint la ligne de front en nombre. La famille d’armes air-sol Kh-38M de Tactical Missile Systems Corp. devrait désormais figurer dans l’inventaire de l’armée de l’air, mais n’a pas encore été vue dans une base opérationnelle. Le programme, qui est en cours depuis des décennies, vise à remplacer les missiles air-sol tactiques Kh-25M (RS-AS-12 Kegler) et Kh-29 (RS-AS-14 Kedge) conçus pendant l’ère soviétique.

 

 

 

Publié le 13/02/2022

Erreur d'image

contact

Loading